Catherine Ysmal

Écrivain
12 samedi septembre 2015

écrire, dis-je

Parutions :
jo-monographie
 Naïma, Vassili, Johan, monographie de Jonathan Delachaux, artiste plasticien en collaboration avec Jacques Houssay (auteur), Arnaud Robert (auteur), Bernard Vienat (éditeur), Suisse, Editions Periferia, août 2015.
Quidam-Couverture1-199x300
 A vous tous, je rends la couronne, Quidam Editeur, Paris, mai 2014
 Critiques et recensions se trouvent sous l’onglet « Ca presse : A vous tous… »
ce-nest-pas-une-critique-252x300
 Ce n’est pas une critique ! Les feuillets des cordes, à l’invitation d’Eric Piette et de Daniel Simon, Bruxelles, sept. 2013.
Couverture-Quidam4-199x300
 Irène, Nestor et la vérité, Quidam Editeur, Paris, mars 2013.
Les recensions et critiques principales de ce roman se trouvent sous l’onglet « Ca presse : Irène, Nestor et la vérité »
martinecornil_03
 Bords de mondes, Martine Cornil et 29 auteurs. Editions Maelström, Bruxelles, 2012.
 Un texte, une photo.
Tunnels Tunnels, Editions Maelström, Bruxelles, décembre 2012

En un magnifique souffle de 22 pages, par l’évocation d’une rare force de ses vies au ras des pavés, le « ici » que nous donne à lire Catherine Ysmal renvoie sublimement à un partout terriblement humain. Emmanuel Requette, Ptyx librairie. Le lien pour le papier est ici : Tunnels par Ptyx

L’écriture de Catherine Ysmal est une écriture qui emporte, une écriture pleine d’inventivité et de rupture, rien d’une écriture qui enchanterait, bien au contraire une écriture qui interroge, qui ouvre et suscite mille et une résonances. A chacun les siennes, bien sûr, ce qui n’empêche pas d’apercevoir ou de s’imaginer que l’on y aperçoit, entre les lignes, l’indicible de l’auteur. Exigence Littérature (Tunnels par Exigence Littérature)

——————————————-

 

« (…) Donc à six ans, poète… ou clown. Paris. L’école m’accorde un « peut mieux faire » que je lui rétorque volontiers, décide pour mes dix ans, à l’entrée de la sixième que je ne serai pas une manuelle mais une intellectuelle tant ma liste des verbes d’action marque plus d’audace que mon tracé d’aiguille. Agir. Joindre la pensée à l’action ou bien l’inverse ; les bahuts me transportent. Il faut se lever tôt, se coucher tôt, tracer des marges et développer une calligraphie lisible afin d’être lue.  Quinze ans : Prague. Dix-huit ans, Thomas L’Obscur de Blanchot, périples à Charleville-Mézières, petite place des Vosges, la barque de Rimbaud. Je stagne à la gare devant la statue, rêve de la pousser de son socle. Je noue bien mes lacets, marche, découvre le tramway de la côte belge un mois de février, Amsterdam, Berlin, New-York, San-Francisco. Les  vingt ans furent parisiens, chez Georges,  Chez Magne, amoureuse des garçons et de la philosophie, en même temps. Toujours, je serai plus heureuse les 18 et 28 mars. Ce sont les jours de ma Commune. Pavés. Bruxelles, comme tant d’autres… quand Paris n’offre rien de plus que des loyers exorbitants ; là il y a de l’herbe qui surgit des entailles de la pierre. Un ciel du nord. Une petite maison au fond d’une cour dans le centre ville, quartier des Marolles. Il est temps d’écrire. De la fiction, poète, poète comme à six ans. (…)»

 

12 jeudi juin 2014

Critique, « A vous tous, je rends la couronne », Catherine Ysmal, Quidam Editeur, lu par Racines, juin 2014

« (…) Loin d’être un construction purement intellectuelle, l’écriture de Catherine Ysmal a quelque chose de profondément charnel dans son appel permanent au corps. (…)

A vous tous, je rends la couronne est un chemin, un chemin vers soi par et au travers de la langue, une naissance, un jaillissement poétique. Et la confirmation du talent unique de son auteur. »

C’est ici pour le lien internet :

Chronique de Racines

6 mercredi juin 2012

Lecture de Lionel-Edouard Martin à propos de « Irène, Nestor et la vérité », extrait d’un livre à paraître chez Quidam Éditeur.

 

« Il est rare qu’une écriture narrative vous saisisse de prime abord, dès le premier regard, dès la première écoute ; encore plus rare qu’elle émane d’une inconnue et d’un de ces « premiers romans » dont le plus souvent tout est à craindre. Je me souviens et me souviendrai toujours avec la même vive émotion de mon tout premier contact sensoriel  – j’y insiste – avec cet Irène, Nestor et la vérité de Catherine Ysmal dont la revue L’Arsenal, que je dirige, a publié un long extrait : las de lecture de trop de textes convenus comme du triste hôpital et de l’encens fétide, fatigué des sempiternels affûtiaux d’une modernité forte en gueule mais courte en bouche, on ouvre soudain grands les yeux, l’oreille se dresse, le cœur palpite. Ce fut comme une apparition : parce qu’il y avait là, sous couvert d’une histoire certes bien présente et prenante, cette matière poétique, faite de rythmes et d’images – celle des plus grands –, qui avance moins délibérément dans le signifié qu’elle ne se faufile, labyrinthique, parmi les mots, sans autre fil d’Ariane que celui d’associations dont la maîtrise nous mène, nous autres lecteurs, au plus profond de nous-mêmes et de notre imaginaire, dépouillée des artifices de l’alternance éculée des descriptions et des passages narratifs et sans aucun de ces trop gros effets dont, l’âge aidant, on n’est plus la dupe si jamais on l’a été. Une matière, oui, subtilement poétique qui n’exclut pas l’âpreté dans un tissage dont le bâti demeure invisible, et qui vous habille d’une grâce au beau tombé relevant de la haute couture plus que du prêt à porter : Catherine Ysmal, son coup de patte, sa griffe. »

Lionel-Edouard Martin, auteur et directeur de publication de la Revue L’Arsenal